Marges de Manoeuvre

REGARD SUR L'HISTOIRE

« Rappelons – et c’est fatigant de devoir sans cesse le faire – que le révisionnisme – à ne pas confondre avec le négationnisme – est une caractéristique ainsi qu’une qualité indispensable de tout travail historique dont l’auteur est amené sans cesse à préciser, réviser une histoire qui est un effort vers la vérité et ne saurait donc rester figée… »
Jean Marc Berlière

S’il est un domaine où les marges de manœuvre sont parfois particulièrement étroites, c’est bien celui-là… Raison de plus pour l’investir… L’Histoire est une discipline vivante, trop souvent asphyxiée sous le poids des vérités officielles. Nous accueillons tous les historiens qui se gardent des anachronismes, des visions manichéennes, des partis pris idéologiques, des crispations mémorielles et s’interdisent « d’imprimer la légende » quand bien même la légende serait « plus belle que la réalité » (malgré notre admiration inconditionnelle pour John Ford et L’homme qui tua Liberty Valance…).

L’Histoire est complexe, l’historien en quête de nuances. Toutes les thèses ont droit de cité dès l’instant où elles reposent sur une argumentation précise, développée avec honnêteté à partir de sources passées au crible de la critique.

L’historien ne doit pas juger, car juger, c’est ne pas comprendre. Et le lecteur savoir que, de la part de l’historien, comprendre, ce n’est pas justifier.






Au catalogue :


     Gilles Antonowicz,      Défendre, Jacques Isorni, l’avocat de tous les combats, préface de Roland Dumas, prix du Palais littéraire.